eSanté

Contributions aux travaux de réflexion et de préfiguration de la plateforme eSanté

Avez-vous déjà demandé à consulter votre dossier médical ? Pensez-vous que les professionnels de santé puissent consulter facilement votre dossier médical créé dans une autre institution de santé ? De nombreux pays se sont déjà lancés dans l’amélioration de leur système de santé et ont entrepris le déploiement d’un dossier médical partagé.

C’est pour cela que fin 2006, le conseil du gouvernement luxembourgeois a adopté un plan d’action national eSanté qui visait à réaliser entre autres une plate-forme télématique dans le but de favoriser l’échange et le partage de données liées à la santé. C’est maintenant au tour du Luxembourg à mettre en place son Dossier de Soins Partagé (DSP).

Inspiration

Le défi à relever est d’améliorer la qualité et la performance des services de santé au Luxembourg, en particulier grâce à la mise à disposition des données relatives à la santé des citoyens, à l’aide des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC).

Investir dans les TIC dans le secteur de la santé est un point mis en avant au niveau national, d’où le lancement du plan d'action « eSanté » par le Ministère de la Santé , les objectifs étant à terme de : assurer une meilleure disponibilité des données relatives à la santé des citoyens; rendre superflus des examens et analyses redondants, cela grâce à un meilleur échange de données entre les professionnels; promouvoir la transparence sur les coûts des prestations et les alternatives de traitement; assurer l’interopérabilité du système de santé luxembourgeois avec ceux des autres pays afin de garantir aux patients une continuité de soins sans frontière.

Innovation Tudor

Le rôle du Centre a été de contribuer à la réflexion sur le dossier de soins partagé (DSP) en apportant son expertise au travail de préfiguration et de réflexion sur les problématiques liées à la mise-en-place de la future plateforme à travers divers projets.

Pour la conceptualisation de la plateforme eSanté, plusieurs actions ont été nécessaires. Passer par la phase d’identification de la situation existante des services de santé, pour être en mesure d’identifier les besoins en partage et en échange de données liées à la santé ; en d’autres termes, acquérir un savoir quant à l’utilisation de l’IT dans le secteur de la santé, déterminer les relations existantes et identifier les échanges existants de données entres les différents acteurs. Ceci prend également en compte l’échange potentiel d’informations avec les autres pays. Le Centre a ainsi mené une étude de faisabilité, commanditée par le Ministère de la Santé, ce qui a ensuite permis d’élaborer des concepts pertinents et applicables basés sur des standards internationaux.

Le savoir-faire du Centre en matière d’échange de données sécurisées a été appliqué au travers de l'élaboration de concept de sécurité garantissant la confidentialité, la non répudiation et l’intégrité des données médicales. Ce savoir-faire a aussi été utile à l’échelle européenne en participant aux réseaux thématiques « Calliope » pour l’interopérabilté des échanges de données médicales transfrontalières et « EHR-QTN » pour la mise en œuvre d’une certification de la qualité des dossiers médicaux informatisés.

Impact

Le projet a contribué à une prise de conscience au niveau des acteurs de la santé des possibilités des TICs en santé. Conformément aux recommandations des premiers projets eSanté et d’une étude de PWC, le Conseil de Gouvernement a décidé de créer une agence nationale de partage et d’échange des informations dans le domaine de la santé. Créée le 25 octobre 2011 et opérationnelle depuis mars 2012, l’Agence eSanté a comme missions principales la mise en place d’une plateforme électronique nationale d’échange et de partage de données de santé comportant le DSP, et l’établissement d’une stratégie nationale d’interopérabilité des systèmes d’informations de santé.

Dans un futur proche, de nouveaux services à forte valeur ajoutée pour les personnels médico-soignants, les institutions de santé, les services de santé publique, seront mise en place pour faciliter l’accès aux données, aider l’interprétation des données, minimiser les erreurs thérapeutiques et réduire les procédures et les coûts administratifs.

A terme, la concrétisation de la plateforme eSanté (et plus largement des missions de l’Agence) permettra aux patients de consulter directement leurs documents cliniques et aux acteurs de la santé d’accéder plus facilement aux données de leurs patients.

Livrables

Tous les livrables des divers projets eSanté réalisés par Tudor sont disponibles sur la page dédiée.

Ces livrables sont le résultat des études menées par le Centre et ne reflètent pas les spécifications finales de la plateforme eSanté déterminées par l’Agence eSanté.

 

Domaine(s) : 
Programme d'innovation :